Taille de formation des jeunes noyers

Par Bernard Contré

Il est indispensable de bien tailler les jeunes semis de noyer et même les chênes et châtaigniers pour leur donner une charpente équilibrée résistante aux intempéries. Les arbres pousseront plus droit et en hauteur au début de leur première vingtaine d'année. Ils pourront déjà produire quelques fruits plus tôt que ceux laissés à eux-mêmes.

Voici les étapes et principes de base :

Que ce soit un semis fait sur place (avec la semence) ou un jeune arbre récemment planté, un seul axe central doit être gardé en éliminant tous les autres rameaux qui émergeront. Cette taille se fait au printemps aussitôt que possible mais aussi en saison estivale ou tôt l'automnale.

Le besoin de cette taille exécutée très tôt à bas âge est dès plus important avec les noyers ou autres arbres à noix qui sont tout juste rustiques dans leurs nouveaux habitats. Les bourgeons terminaux étant la partie la plus fragile aux froids extrêmes de l'hiver (en tenant compte qu'une couche de neige suffisante protège le système de racines), la mort de ces derniers favorise l'émergence des bourgeons latéraux en dormance à prendre la relève. Ces bourgeons deviennent les nouveaux axes en doubles ou en triples déformant rapidement la structure de l'arbre en de multiples troncs. Les noyers ; noirs, japonais, hybrides et des Carpates sont les plus sujets à ce problème. Selon le milieux climatique (zone) auquel ils sont en relation, ils néces- sitent un peu à beaucoup de suivit (entretien/taille) pour qu'ils deviennent des arbres bien structurés.

Après 4 ans (pour les noyers et si ils ont au moins 1.5 m) on peut laisser les courtes branches latérales qui émergent en s'assurant qu'elles ne prennent pas trop de proportion avec le temps. Lorsque l'axe central est encouragé, les autres branches sont utiles et ne doivent pas être éliminées sans raisons mais seul les doubles fourches et branches trop basses.

On peut aussi corriger des jeunes arbres déjà plus âgés car les problèmes de mauvaises structures s'aggraveront au fil des ans. Toutefois, il vaux mieux tailler les grosses branches (celle de plus de 1 cm) après la forte monté de sève soit vers la mi-juin ou plus tard. Aussi, un certain pourcentage de matière ligneuse sera enlevé soit pas plus de 25 % . Un choc pourrait alors survenir après une trop forte taille comme des rejets de souche ou une provocation de poussés excessives de croissance (suivit de bris ou encore de gelures hivernales de bois " mal aoûté ").

Lorsque ces espèces atteignent un âge plus avancé (8 ans et plus), les besoins en taille se font de moins en moins. On élimine les bois morts (extrémité des rameaux gelés) ou encore toutes branches nuisibles (ex. formation de balais). Les jeunes pousses à croissance latérale et de croissance moyenne à lente auront tendance à porter des bourgeons à fleurs. Ces rameaux doivent être le plus possible en plein soleil.


a, b, c et d sont les bourgeons successibles de produire les nouvelles tiges si le bourgeon terminal (A) péri par gelure. 2 rameaux ont émergé après la perte du bourgeon terminal (A). Un seuldoit être conservé. 3 rameaux ont émergé dû à une trop faible croissance après la plantation. 2 tiges seront éliminés.
jeune semis de 2 ans dont il faut éliminer un gourmand (G). Rameau portant des chatons en dormance (fleurs mâles) qui s'écloront en fin mai (B). 1 . bonne coupe 2 . mauvaise coupe Noyer d'environ 5 ans que des gelures ont déformé la structure. Fréquent avec les individus peu rustiques.